Sélectionner une page

 

Utilisation de l’ozone contre le biofilm microbien pour les produits laitiers

 

 

Cette étude a été publiée en janvier 2022 par les chercheurs Panebianco F , Rubiola S et Di Ciccio P.

Elle traite de l’usage de l’ozone, comme outil écologique, dans la lutte contre le film microbien dans l’industrie des produits laitiers. La gestion des altérations et des contaminations bactériennes pathogènes représente un défi majeur pour l’industrie agroalimentaire, en particulier pour le secteur laitier. Les biofilms formés par ces micro-organismes dans l’environnement de transformation des aliments continuent de poser des problèmes aux fabricants de produits alimentaires car ils peuvent avoir un impact à la fois sur la sécurité et la qualité des aliments transformés.

 

Le biofilm est une préoccupation importante pour les entreprises du secteur de l’alimentaire.

 

Dans une revue récente [ 6 ], le rôle du biofilm microbien dans l’industrie laitière a été largement décrit. Il est bien connu que les bactéries peuvent former un biofilm à chaque étape du processus de production et dans différentes parties de l’équipement de traitement, y compris les réservoirs, les silos, les pipelines, les tubes, les membranes, les parois, les échangeurs de chaleur à plaques, etc. [ 31 ]. Les biofilms de micro-organismes d’altération ou de bactéries pathogènes dans les usines de transformation du lait sont considérés comme un problème majeur.

L’usage de l’ozone se généralise donc pour le traitement et l’élimination du biofilm qui peut avoir des conséquences importantes dans la production des produits laitiers. Facile à mettre en place, l’utilisation de l’ozone possède l’énorme avantage de pouvoir être produit sur site (in situ). Son effet pour l’élimination ou la prévention du biofilm ont fait l’objet d’études qui ont confirmé son efficacité. Les temps de traitement ne sont pas très importants et permettent une efficacité rapide.

 

Dans cette étude sont indiquées les agents pathogènes contre lesquels l’ozone est utilisé.

 

  • Pseudomonas : Bactéries capables de provoquer plusieurs altérations du lait et des produits laitiers.
  • Bacille : Bactéries qui peuvent causer la détérioration du lait et des produits laitiers, ainsi que des agents pathogènes d’origine alimentaire.
  • Listeria: L’une des bactéries les plus étudiées au monde, à savoir  monocytogenes. L. monocytogenes est un pathogène d’origine alimentaire à Gram positif.
  • Staphylocoque : S. aureusest considéré comme un agent pathogène important détectable dans les produits laitiers. Plusieurs études ont montré comment cette bactérie peut former un biofilm en milieu laitier.
  • Salmonelle : Comprend des bactéries pathogènes bien connues qui peuvent être trouvées dans différents types d’aliments. Historiquement, plusieurs épidémies de Salmonellaétaient liées à la consommation de produits laitiers, en particulier de produits au lait cru
  • Mais également ClostridiumCronobacter  et Escherichia : Bactéries anaérobies qui peuvent induire la détérioration des produits laitiers par la production de gaz résultant de la fermentation de l’acétate, du lactate et du butyrate

 

Résumé de l’étude sur l’utilisation de l’ozone pour le biofilm

 

« La gestion des altérations et des contaminations bactériennes pathogènes représente un défi majeur pour l’industrie agroalimentaire, en particulier pour le secteur laitier. Les biofilms formés par ces micro-organismes dans l’environnement de transformation des aliments continuent de poser des problèmes aux fabricants de produits alimentaires car ils peuvent avoir un impact à la fois sur la sécurité et la qualité des aliments transformés. Les bactéries à l’intérieur du biofilm peuvent survivre dans des conditions environnementales difficiles et représentent une source de contamination alimentaire répétée dans les usines de fabrication de produits laitiers. Parmi les nouvelles approches proposées pour contrôler le biofilm dans les usines de transformation des aliments, le traitement à l’ozone, sous forme aqueuse ou gazeuse, peut représenter l’une des techniques les plus prometteuses en raison de son action antimicrobienne et de son faible impact environnemental. L’efficacité antimicrobienne de l’ozone a été bien documentée sur une grande variété de micro-organismes sous formes planctoniques, alors que peu de données sur l’efficacité du traitement à l’ozone contre les biofilms microbiens sont disponibles. De plus, l’ozone est reconnu comme une technologie écologique puisqu’il ne laisse pas de résidus nocifs dans les produits alimentaires ou sur les surfaces de contact. Ainsi, cette revue vise à présenter un aperçu de l’état actuel des connaissances sur l’utilisation possible de l’ozone comme agent antimicrobien contre les micro-organismes d’altération et pathogènes les plus courants, généralement organisés en biofilm, dans les usines de fabrication de produits laitiers. »

 

Pour prendre connaissance de la totalité de ces travaux à l’adresse suivante : http://europepmc.org/article/PMC/PMC8781958

Références de travaux : Panebianco F, Rubiola S, Di Ciccio P. L’utilisation de l’ozone comme stratégie respectueuse de l’environnement contre le biofilm microbien dans les usines de fabrication de produits laitiers : une revue Microorganismes. 2022 janvier ; 10(1). PMCID : PMC8781958.